Faits incontournables sur l’autisme

Ça n’est pas une maladie !

Tout d’abord, il est important de savoir que l’autisme n’est pas une maladie : On naît autiste et on le reste toute sa vie. Néanmoins, la détection, précoce de préférence, et un accompagnement spécifique peuvent mener l’enfant à faire de grands progrès et à mieux appréhender notre monde pour y trouver sa place. Il nous reste à nous, les « neurotypiques », de mieux les accueillir !

Quand le bruit d’un sèche-cheveux devient une torture

Les troubles de la sensorialité sont un aspect important de l’autisme et sont à l’origine de nombreux comportements inattendus. Une hypersensorialité peut rendre un bruit anodin insupportable, le contact d’un t-shirt sur la peau est perçu comme du papier de verre, les bruits, les odeurs, la lumière, toutes ces stimulations du système nerveux peuvent devenir très stressantes et épuisantes. Et tout au contraire, une hyposensorialité peut engendrer des besoins de stimulation qui peuvent aller jusqu’à l’automutilation.

C’est la criiiiiiiiise !

Si vous pensez que cet enfant qui se roule par terre dans le supermarché parce que sa mère refuse de lui acheter une tarte aux fraises est vraiment insupportable et mal élevé, pensez-y deux fois, il est peut-être autiste. Et dans ce cas, son système nerveux le fait réagir d’une manière qui semble disproportionnée. Pour cet enfant, au moment où il a repéré cette tarte il s’est réjoui de la manger et quand on lui annonce qu’il ne l’aura pas, c’est comme s’il était injustement puni et qu’on lui annonçait qu’il ne mangera plus jamais de tarte aux fraises. Ajoutez à cela toute la surcharge sensorielle qu’un supermarché peut offrir ! Chez les adultes autistes, ce genre d’émotions très intenses peut persister mais en générale, elles sont mieux gérées.

Do you speak français…

Certaines personnes autistes ne développeront pas le langage mais ça n’est pas la majorité. Dans bien des cas, les personnes autistes accèdent au langage mais plus tardivement et l’apprentissage nécessite souvent un soutien. Elles peuvent donner le sentiment de parler une langue étrangère à leur langue maternelle. Un retard de langage chez un jeune enfant devrait mettre la puce à l’oreille des parents.

Percevoir, comprendre et tenir compte des émotions des autres, pas si simple !

Même pour nous les « neurotypiques », la lecture et l’interprétation des émotions n’est pas toujours simple. Pour une personne autiste c’est souvent du chinois. Les manifestations de nos émotions peuvent leur paraître tout à fait irrationnelles. Un enfant autiste peut être attristé de voir sa maman pleurer de rire et ne manifester aucune empathie en voyant une petite copine sangloter, simplement parce qu’il ne comprend pas.

Tenir la porte à une dame, mais pourquoi donc??

Certaines personnes autistes peuvent manifester peu d’intérêt pour leurs pairs, d’autres au contraire seront très sociables. Ces dernières rencontrent néanmoins beaucoup de difficultés à intégrer les règles sociales. Des comportements que les enfants adoptent de manière quasi instinctive nécessiteront de longs apprentissages pour un enfant autiste. Même des personnes ayant acquis une bonne habileté sociale restent très empruntées lorsqu’il s’agit de se soumettre à des conventions sociales qui n’ont pas une fonction très claire, par exemple, tenir la porte à une dame, céder son siège à une personne âgée. Un « salut ça va ? » pourra laisser une personne autiste très perplexe car elle aura du mal à évaluer si elle doit répondre par un bulletin de santé complet ou si un poli « ça va et toi ? » suffira.

Gare aux changements de programme !

Souvent les personnes autistes, sont très rassurées par une routine qu’elles peuvent maitriser, des repères dans le temps qu’elles peuvent identifier. Elles sont également très visuelles et c’est pourquoi elles apprécient que les choses soient fixées par dessins (pictogrammes) ou par écrit.

Des passions dévorantes pour des sujets étonnants !

Quel que soit le type d’autisme, les intérêts spécifiques sont très importants et peuvent devenir envahissants. Contempler un tambour de machine à laver en pleine action pendant des heures, écouter une chanson 1000 fois sans se fatiguer, tout savoir sur les dinosaures… Les personnes autistes aiment souvent partager leur passion et c’est ici que peut se manifester le problème d’inadéquation sociale, lorsqu’une personne a impérativement besoin de tout vous dire sur l’histoire japonaise du XVIIeme siècle et qu’elle ne remarque pas le manque d’intérêt de son interlocuteur. Et ce qu’il faut retenir surtout, il existe autant d’autismes que d’autistes ! Chaque être humain est unique et cela est bien sûr valable pour les personnes autistes. Une personne autiste ne se résume pas à sa spécificité neuronale. Sa personnalité influencera également bien sûr son comportement. D’autre part, la variété des signes et de leur intensité est immense et rend l’autisme difficile à réduire à quelques phrases.

Aide à l’insertion professionnelle

  • Objectif: CHF88,000
  • Montant récolté: CHF0
  • Donateurs: 0 Donateurs
  • Temps restant: Campaign has ended
Completed
Faire un don

Centre d’accueil & de soutien

  • Objectif: CHF58,000
  • Montant récolté: CHF0
  • Donateurs: 0 Donateurs
  • Temps restant: Campaign has ended
Completed
Faire un don

Groupes de compétences sociales

  • Objectif: CHF70,000
  • Montant récolté: CHF1
  • Donateurs: 1 Donateurs
  • Temps restant: Campaign has ended
Completed
Faire un don